Arrêter de fumer à 60 ans
4.8 (95%) 16 votes

 

Arrêter de fumer à 60 ans

Il n’y a pas de bon âge pour cesser de fumer. Commencez maintenant à bien vieillir !

Même après un certain âge, les avantages sont immédiats et très importants. Arrêter de fumer à 60 ans et Même après 70 ans, le corps médical s’accorde à dire que les bénéfices sont visibles immédiatement ! De ce fait, imaginez les bienfaits pour votre corps si vous arrêtez à 50 ans !

La mortalité chute de 27 % si vous arrêtez de fumer entre 70 et 80 ans.

Les mutuelles sont de plus en plus dans une démarche de prévention donc regardez bien les soins préventifs qu’elles prennent en charge :

  • Consultation chez un tabacologue,
  • Remboursement d’une partie de votre club de sport,
  • Patchs,
  • Hypnose etc.

Ces remboursements sont souvent plafonnés et représente une partie de votre reste à charge (partie qui n’est pas prise en charge par la sécurité sociale).

Les modalités de remboursement diffèrent d’une mutuelle à une autre : selon les cas une simple facture du pharmacien suffit et d’autres exigent une ordonnance de médecin.

Nous l’avons vu, il n’y a pas d’âge pour arrêter :

Ainsi, une personne âgée sur 10 qui pensent que cela ne sert à rien a tort.

En effet, les médecins estiment le risque de cancer en fonction de la durée d’exposition et ce peu importe l’âge. Nous parlons de la notion de « paquet année ».

Un paquet année correspond à un paquet fumé tous les jours pendant 1 an.

Une personne qui fume 10 cigarettes par jours pendant un an aura fumé un demi paquet année.

Les risques d’avoir un cancer sont démultiplié à partir de 20 paquets années.

Ainsi, chaque année compte !

Arrêter de fumer à 60 ans, 50 ans ou 70 ans, peu importe, vous vous en porterez de toutes manières beaucoup mieux.

En revanche, pour les accidents coronariens, c’est l’instant présent qui compte.

Dès l’arrêt, on supprime donc le risque de thrombose. Le risque de maladie cardiovasculaire augmente fortement avec l’âge. De ce fait, on atténue très fortement ce risque immédiatement en arrêtant et peu importe l’âge.

Parlons à présent des bronches :

Le volume expiratoire augmente immédiatement. Les broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) touchent quelque 15 % des plus de 65 ans ! Saviez-vous que arrêter de fumer est aussi efficace que la mise sous oxygène ?

Autrement dit, le sevrage est la priorité.

Est-il plus difficile d’arrêter à la retraite ou quand on passe est étudiant ?

La dépendance à la nicotine est la même que nous ayons 20 ans ou 80 ans…

En revanche, avec l’âge, la motivation à l’arrêt est plus forte car l’état de santé diminue tout comme la qualité de vie…

Ainsi l’objectif d’ arrêter de fumer à 60 ans peut être pour certain plus facilement atteignable qu’à 20 ans.

Tout est toujours une question de volonté.

Donc, comment se sevrer ?

Tout d’abord, il faut oser en parler à son médecin qui pourra prescrire un traitement et vous encourager.

Trouver le bon moment est l’un des points clefs. En effet, arrêter avant une opération diminue les risques de complications et améliore la convalescence. Il n’y a donc pas d’âge pour oser se libérer du tabac et les efforts seront assurément récompensés !

Et la cigarette électronique ?

Nous n’avons pas encore assez de recul sur ce nouveau type de consommation tabagique.

Néanmoins, les médecins peuvent la préconiser dans le cadre d’un palliatif en vue d’arrêter.

Le fait de casser les habitudes peut être un avantage à condition de ne pas en créer de nouvelles et en ne perdant pas de vue l’objectif principal : En finir définitivement avec la cigarette !

Ce moyen touche davantage les plus jeunes. En effet arrêter de fumer à 60 ans en prenant ce substitut est plutôt rare.

[/fusion_text][/fusion_builder_column]

Arreter de fumer entre 70 et 79 ans réduit les risques de décès de :

27%

Les 10 règles pour arrêter de fumer

  1. Fixez une date d’arrêt et tenez-vous-y.
  2. Après l’arrêt, évitez absolument de reprendre une cigarette, même une seule bouffée: le risque de rechute est trop important.
  3. Débarrassez-vous de toutes les cigarettes, briquets et cendriers.
  4. Ecrivez la liste des inconvénients du tabac et des bénéfices de l’arrêt.
  5. Utilisez des substituts nicotiniques, du Zyban ou du Champix. Ces produits atténuent les symptômes de manque (irritabilité, nervosité, angoisse, dépression, problèmes de concentration, troubles du sommeil, appétit augmenté, prise de poids, envie irrésistible de fumer) et multiplient par deux vos chances de succès.
  6. Demandez aux autres de ne pas fumer en votre présence. Les premières semaines, évitez les endroits où l’on fume . Toutefois, si vous ne pouvez ou ne voulez pas éviter ces lieux, alors déclinez poliment mais avec fermeté toute offre de cigarette. Soyez fier-e de ne plus fumer!
  7. Avertissez votre entourage que vous avez arrêté de fumer. Obtenez du soutien.
  8. Changez de routine pour éviter les endroits et les situations où vous aviez l’habitude de fumer: p.ex. quittez la table aussitôt le repas fini.
  9. Utilisez des activités de diversion pour faire face au besoin urgent de fumer (p.ex. se promener, boire de l’eau, mâcher un chewing-gum, laver vos mains). L’envie de fumer augmente progressivement, atteint un « pic » et régresse spontanément. La forte envie de fumer ne dure pas plus de 5 minutes. Plus le temps passe, plus ces envies diminuent en nombre et en intensité, jusqu’à disparition complète.
  10. Dites-vous que s’habituer à vivre sans tabac peut prendre du temps et nécessite souvent plusieurs tentatives

Source : stop-tabac.ch

[/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]